Connue pour ses marches d’Entre-Sambre-et-Meuse, sa cavalcade et sa Maison de la poterie, la Ville de Châtelet a, depuis quelques années, investi dans la valorisation de son patrimoine artistique.

Intérieur Maison Magritte
 

Il est vrai qu’elle a vu grandir, en ses murs, des talents exceptionnels, tels Hector Chavepeyer, Pierre Paulus, Edmond Doumont, Gustave Camus et René Magritte. Ce dernier a même droit à une promenade originalement balisée, à la découverte des lieux où il a vécu ou dont il s’est inspiré.

C’est, très exactement, le 4 avril 1904 que la famille Magritte arrive à Châtelet. Elle s’installe d’abord dans une maison louée à un proche à la rue des Gravelles, puis au numéro 95 de celle-ci, où Léopold Magritte, tailleur de profession mais aussi amateur d’art va faire bâtir une maison de style « art nouveau ». Propriété de la Ville depuis 2001, cette belle demeure bourgeoise est devenue un centre d’art, mettant notamment en valeur l’enfance hainuyère du peintre mais aussi d’autres talents d’hier et d’aujourd’hui de la région.

L’endroit s’y prête parfaitement. Passé la porte d’entrée à la découpe originale, deux caryatides accueillent les visiteurs dans un hall qui distribue les accès aux différentes pièces de l’habitation. Le salon au sol parqueté est décoré de deux colonnes sur balustrade donnant un heureux effet de séparation, rompant la longueur de la pièce ; deux très belles cheminées en grès sont encore occupées par de gros poêles de bonne facture. Le plafond est, lui, décoré de motifs de stuc.

Dans les cuisines, les murs sont entièrement recouverts de très rares faïences de Bouffioulx. C’est dans ce décor inchangé que René Magritte passa son adolescence. C’est là que, élève de Félicien Defoin, il va réaliser ses premiers dessins. C’est dans cette demeure qu’il va vivre, à peine âgé de 13 ans, le suicide de sa mère, forgeant ainsi son caractère mais aussi le marquant à jamais, son œuvre reprenant souvent l’image d’une tête recouverte d’un voile blanc, dernière vision qu’il eut de sa génitrice. C’est là, enfin, pour reprendre les termes d’un de ses biographes, qu’il prend conscience de sa personnalité et fait « des essais délibérément différents de tout ce qu’il connaissait en peinture, éprouvant les plaisirs de la liberté en peignant les images les moins conformistes. »

C’est aussi à Châtelet, au château Bolle, qu’il expose pour la toute première fois et vend ses premières toiles. Il n’a que dix-huit ans. La suite se passera bien loin de Châtelet.


Promenade avec Magritte

Mais l’hommage de Châtelet à l’artiste ne s’arrête pas là. Tout au long de la promenade, pavements, lampadaires, sculptures, fontaine rappellent l’œuvre de Magritte. Avec ses pommes, chapeaux melon, têtes d’oiseau si emblématiques. Place de la Victoire, c’est une pipe qui accueille le promeneur.


Rue du Collège, juste en face de la petite librairie où l’artiste suivit ses premiers cours de dessin, un bas-relief représente également notre homme. Et pour cause, nous nous trouvons à l’Athénée royal René Magritte. Pas un adolescent châteletain ne peut ainsi ignorer les racines locales du surréalisme belge.

 

Maison de Magritte à Châtelet

Maison de Magritte à Châtelet
Découvrez dans la commune de Châtelet, à la rue des Gravelles, la maison d'enfance du peintre surréaliste René Magritte....
 


Maison de la Poterie à Bouffioulx

Maison de la Poterie à Bouffioulx
Aménagée dans l’ancienne poterie Guerin de Bouffioulx, la Maison de la Poterie est un hommage aux potiers d'hier et d'aujourd'hui.
 


 

Renseignements touristiques sur la région

Office du Tourisme de Châtelet

Office du Tourisme de Châtelet
Laissez-vous surprendre par Châtelet et ses trésors, parmi eux, la Maison de célèbre peintre surréaliste Magritte....
 


Maison du Tourisme du Pays de Charleroi

Maison du Tourisme du Pays de Charleroi
Le Pays de Charleroi, le Patrimoine Industriel. Noir hier, le Pays de Charleroi se transforme et devient couleur.