Dans les pas de

Tous les mercredis, dans le Soir Mag, Wallonie Bruxelles Tourisme vous emmène sur les pas de célébrités en Wallonie. Et vous fait découvrir les traces qu’elles y ont laissées.

Le tourisme de mémoire, c’est aussi partir à la découverte d’illustres visiteurs ou de natifs wallons qui ont laissé leurs traces dans l’histoire d’une localité. C’est retrouver celles-ci au détour d’un sentier. C’est pouvoir se plonger dans l’atmosphère d’un lieu au travers d’une célébrité qui a pu, jadis, le fréquenter.

Avec le Soir Mag, Wallonie Bruxelles Tourisme vous emmène sur les traces les plus insolites de Chruchill, de Gaulle, Van Gogh, Verlaine, Hugo, Magritte, Hergé, Simernon, Verhaeren, Charlemagne, Sax, Pierre le Grand, Lafayette, Appollinaire, Hemingway, Hitler, Pétrarque, Rops, Casanova, Sand, Louis XI et de dizaines d’autres personnalités qui ont aimé, elles aussi, la Wallonie.

Dans les pas de | La Belle Liégeoise

On a beaucoup parlé, ces derniers temps, de la « Belle Liégeoise » à laquelle les autorités de la Cité ardente ont décidé de rendre hommage en baptisant de son surnom la jolie passerelle enjambant la Meuse pour relier aisément le quartier de la gare des Guillemins au tout nouveau musée de la Boverie et aux grands événements artistiques qui vont s’y succéder. Mais le personnage est loin, en réalité, de la description romanesque qui en fut faite, dans la littérature ou dans la peinture, au XIXème siècle. Bien au contraire.

La « Belle Liégeoise » n’a d’ailleurs rien de liégeois. Elle est née Anne-Josèphe Terwagne, le 13 août 1762, dans le petit village de Marcourt, près de La Roche en Ardenne, aînée d’une famille recomposée riche de douze enfants qu’elle va très vite quitter, fuyant à treize ans la tyrannie de la seconde épouse de son père.

On la retrouve vachère dans le Limbourg, bonne d’enfants dans une famille liégeoise avant de rejoindre à Anvers une certaine Madame Colbert, une femme du monde d’origine britannique qui va l’initier à l’écriture, à la musique et, surtout, aux mondanités. Et c’est dans un de ces salons où l’on cause, à Londres, qu’elle va être séduite par un jeune officier anglais, qui va l’emmener à Paris avant de l’abandonner après cinq ans de vie commune.

La Belle Liégeoise | héroïne passionnée et féministe

Elle ne restera pas seule très longtemps, tombant dans les bras d’un vieil aristocrate, follement amoureux d’elle et qui ira jusqu’à se ruiner pour l’entretenir… sans jamais, dit-on, obtenir ses avances.

Il est vrai que, au même moment, elle vit une histoire d’amour avec un professeur de chant qui lui fait croire, à tort, qu’elle pourrait faire une carrière de cantatrice. Mais c’est la Révolution française qui va lui ouvrir les portes de cette notoriété à laquelle elle aspire tant. Sentant qu’il y a là une occasion de se valoriser sans être fortunée, elle se précipite à Paris pour suivre les débats de l’assemblée constituante.

Habillée à la manière d’une amazone pour être reconnue, elle devient vite la coqueluche des députés pour lesquels elle va ouvrir un salon. Excitée, elle va y répandre des idées visant à exiger l’égalité entre les hommes et les femmes, ce qui, même en ces temps révolutionnaires, n’est pas à l’ordre du jour.

C’en est d’ailleurs trop pour ses camarades qui vont dissoudre son cercle et laisser la presse royaliste lui donner une réputation de femme sanguinaire, portant sabre et pistolet, menant les combats à Versailles et à la Bastille. Même le peintre Eugène Delacroix va colporter cette réputation usurpée, la représentant dans l’ un de ses plus célèbres tableaux. Théroigne ne participa pourtant pas à ces combats. Et ce sont les Jacobines pour l’affranchissement desquelles elle avait essayé de lutter qui vont lui donner le coup de grâce, la fouettant, fesses nues, sous les risées d’une foule en délire.

Théroigne ne se remettra jamais de cette humiliation, sombrant dans la démence jusqu’à ce que la mort l’emporte, le 23 juin 1817. Sans jamais avoir su le rôle que l’Histoire allait lui donner dans la genèse du combat féministe !

Musée de la Boverie à Liège | Beaux-Arts et Expo

Musée de la Boverie à Liège | Beaux-Arts et Expo
Désormais, vous pouvez visiter La Boverie, un nouveau lieu touristique à Liège, à la fois musée des Beaux-Arts et centre d’expositions de qualité internationale....
 


Parc de la Boverie, détente et culture à Liège

Parc de la Boverie, détente et culture à Liège
Situé au confluent de la Meuse et de la Dérivation, le parc de la Boverie est un endroit très apprécié des liégeois, petits et grands, depuis le XIV siècle....
 


 


Découverte urbaine à Liège | Circuits vélo en Wallonie

Le parcours du RAVeL 1, longeant la «Cité ardente», est la plus belle manière de découvrir à vélo une ville riche de son patrimoine et de son histoire.
 
 

Renseignements touristiques sur la région

Office du Tourisme de Liège

Office du Tourisme de Liège
À 1 heure de Bruxelles, à peine plus de la France, 30 min de l'Allemagne et 15 min des Pays-Bas, Liège est une ville résolument tournée vers le monde....
 


Maison du Tourisme du Pays de Liège

Capitale d’une principauté indépendante pendant plus de 8 siècles, Liège et sa périphérie recèlent d’innombrables richesses.
 


Syndicat d'Initiative de La Roche-en-Ardenne

Syndicat d'Initiative de La Roche-en-Ardenne
Que l'on soit gourmet, sportif, amateur d'animations ou de calme, La Roche a tout pour plaire et pour satisfaire tous vos souhaits....